Nouvelles toutes fraîches !

Nous avons distribué la GAZETTE PLUS 2018 dans chaque boites à lettres de notre commune avec le plus grand soin ! Elle est aussi disponible en ligne, en cliquant ici ! (La GAZETTE PLUS 2017 est disponible en cliquant ici !)

La GAZETTE PLUS 2018 présente les investissements réalisés pendant les cinq dernières années ainsi que deux projets envisagés par notre municipalité pour 2018 (« Du goudron à Loulette !? ») et 2019 (« Refaire la place de l’Église… à l’identique ? »).

Pour approfondir la double page relative au projet de Loulette, nous mettons à votre disposition les documents suivants :
– le rapport de l’enquête publique réalisée en 2011
le plan du parking d’une trentaine de places dans le Faubourg à une centaine de mètres du chemin de Loulette
la délibération planifiant la construction d’un local de chasse communal ailleurs
– la carte du territoire des paysages de l’agro-pastoralisme reconnus patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 2011
– le rapport périodique de l’UNESCO de 2014 qui évalue l’état de conservation du bien et note page 14 dans la partie Commentaires, conclusions et / ou recommandations concernant le statut de patrimoine mondial que « Les élus se mobilisent sur la conservation du patrimoine« . En effet, ils ont un rôle certain : si les collectivités ne respectent pas le patrimoine dans les actions qu’elles entreprennent, la conservation de ce dernier n’est pas garantie car le patrimoine perdra son authenticité petit à petit au fil des travaux réalisés ci et là (comme dans le cas d’espèce). Et la perte du label UNESCO de ce fait est une perte fortement préjudiciable pour ces territoires, qui vivent du tourisme et de l’agriculture. Le label UNESCO est un atout essentiel pour Saint-André-de-Valborgne et il peut être remis en question si la commune ne conserve pas son patrimoine.
– les avis négatifs rendus par les associations nationales Maisons Paysannes de France et les Artisans Bâtisseurs en Pierres Sèches
la Charte du PNC, page 149, indiquant que les communes adhérentes doivent : « 1. soutenir une démarche de sensibilisation imprégnée du bien-fondé du maintien de ces paysages [construits en pierre sèche], de cette technique de maçonnerie et de ce type d’ouvrage, / 2. inventorier son patrimoine en pierre sèche, assurer la préservation et la promotion de leurs paysages et des ouvrages en pierre sèche essentiels à la gestion de l’eau et des sols, garantir la promotion de ces pratiques artisanales et agricoles, […] ». (La commune de Saint-André-de-Valborgne a adhéré au Parc national des Cévennes. Elle ne se trouve pas dans le zone dite « coeur » du PNC mais dans l’aire d’adhésion néanmoins, ce qui signifie qu’elle n’est pas contrainte par la réglementation du PNC et cela est expressément relevé dans le rapport périodique de l’UNESCO qui considère que le patrimoine n’est donc pas protégé par la réglementation. Néanmoins la commune doit moralement respecter les orientations du PNC.)